Menu

Brochets déversés en Seine en 2012 : Que sont-ils devenus ?

Brochets déversés en Seine en 2012 : Que sont-ils devenus ?

Souvenez-vous, la fédération de pêche de l'Essonne, avec l'appui de l'Onema, a lancé en 2012 une étude relative au devenir des brochets issus de la pisciculture et déversés en Seine, par le biais d'un double marquage. Cette investigation, basée sur la collaboration des pêcheurs, se voulait enrichissante sur les divers éléments relatifs aux captures, à la survie des poissons remis en milieu naturel, sur leur croissance ainsi que leurs capacités de déplacement.

Les lâchers de brochets ont été réalisés en octobre 2012 sur deux biefs et en dix points de chacun des biefs. Les 400 poissons étaient issus de pisciculture extensive d'étangs : 150 individus de 35/40 cm portant un marquage jaune ; 50 individus de 55/60 cm portant un marquage rouge. Chaque marque comportait un numéro attribué au poisson et le numéro de téléphone de la fédération qu'il convenait d'appeler en cas de prise.
L'étude était basée sur la participation et l'implication des pêcheurs. Une campagne d'information par affichage aux principaux accès à la Seine, ainsi que les détaillants d'articles de pêche a été lancée de manière à informer les pêcheurs de cette mesure. L'information a également été relayée sur Internet (site de la fédération, site de l'Entente de l'Yvette…) ainsi que par la presse locale (Le Parisien, Le Républicain).

Résultats de l'étude
- Durant les 26 mois d'étude, 9 captures de brochets ont été signalés sur les 400 déversés. Le taux de capture est donc de 2,25%. Cette valeur est extrêmement faible et traduit une trop faible implication des pêcheurs dans l'étude de cette espèce patrimoniale. Une seul poisson supérieur à la maille a été capturé deux fois.
- Les poissons passent en moyenne 1,5 mois dans la rivière avant d'être capturés. Cependant, 7 poissons sur 8 ont été capturés dans les trois mois suivant leur lâcher.
- Les poissons déversés ne semblent pas avoir eu de préférence quant à leur sens de déplacement. Ils se sont aussi bien déplacés vers l'amont que vers l'aval et ont été capables de parcourir près de 4 km.
- Les poissons déversés ont une croissance de 12 à 15 cm par an.
- D'après les dires des pêcheurs participatifs, tous les poissons ont été remis à l'eau.

Conclusions de l'étude
L'approbation de l'étude par les pêcheurs en Seine n'a pas bien fonctionné (absence de volonté de participer, rétention d'information…). Les seuls retours ont été observés sur une zone présentant une forte présence de l'AAPPMA (L'Orme des Mazières).
La Seine offre de bonnes conditions de croissance à ces poissons, sans doute du fait de la ressource alimentaire disponible.
Les annexes hydrauliques et zones refuge sont essentielles au développement de cette espèce. La restauration de ces zones est la seule manière efficace permettant la survie de l'espèce, afin de limiter la mortalité hivernale due aux crues brèves et intenses et d'atteindre l'âge de la maturité sexuelle et la diversification des classes d'âge.
Enfin, les déversements n'ont pas de sens s'ils ne sont complétés par des aménagements d'habitats et des mesures de gestion adaptées (taille légale de capture, zones de réserves, no-kill…).

[Source : Devenir des brochets issus de pisciculture et déversés en Seine en Essonne - Rapport d'étude, Avril 2015 - FDEPPMA]

Dernière modification lelundi, 29 juin 2015 20:23

chasse pêche petites annonces  

SFbBox by caulfield cup