Menu

Le rempoissonnement a eu lieu

Ce vendredi 16 janvier 2015, l'AAPPMA L'Entente de l'Yvette a procédé au rempoissonnement de ses étangs et de la rivière, dès 10 heures. Si l'alevinage n'a pas pu avoir lieu en présence d'élèves des écoles d'Orsay ou de Palaiseau à cause du Plan Vigipirate actuellement en place, certains enfants passant par le Lac du Mail (Orsay) ont quand même pu s'arrêter pour observer les poissons et poser des questions en compagnie de leur professeure. Rencontre fortuite qui a fait le plus grand bonheur des enfants.
Techniquement, 200 kg de gardons de toutes tailles ont été déversés au Lac du Mail. A Palaiseau, au Lac de Lozère, ce sont des carpeaux et des carpes adultes (communes et miroirs) qui ont été lâchés, là encore pour un poids de 200 kg. Ceux qui vont pêcher ce printemps avec des lignes fines vont avoir du fil à retordre !
Enfin, des brochetons ont été lâchés dans l'Yvette à Orsay, à Palaiseau à hauteur du Lac de Lozère et un peu plus en aval après le chantier de l'Espace naturel sensible.
Ce rempoissonnement modéré va permettre de rééquilibrer les populations en place.
Afin que les poissons puissent s'acclimater, l'AAPPMA a décidé de fermer la pêche, toutes espèces confondues, dans ces trois secteurs, jusqu'au 26 janvier 2015 inclus, tout en rappelant que par arrêté préfectoral, la pêche du brochet est fermée du 26 janvier au 1er mai.

En savoir plus...

Le Mot du Président

Chers ami(e)s pêcheurs,

Une année se termine et 2018 se profile à l'horizon.

Cette année 2017 a été riche en événements et ce, grâce à vous.

On notera tout particulièrement la mise en place des frayères flottantes, en concomitance avec la fédération
départementale, qui, espérons-le, nous donneront de nombreux alevins, nés sur place, au Lac de Lozère et au Lac
du Mail. Cette politique de la gestion patrimoniale, nous l'avons mise en place depuis plusieurs années déjà avec
les résultats escomptés.

Pour autant, cette politique va encore mettre du temps à porter ses fruits (la nature est lente, mais efficace) et
nous devons toujours équilibrer les populations. Ainsi, pour votre plus grand bonheur, nous avons encore déversé
plus de 300 kg de poissons dans les lacs et dans l'Yvette en cette fin d'année. Ce volume devrait diminuer au fil des
déversements avec le bon fonctionnement de nos frayères.

2018, c'est aussi la transformation radicale du mode de distribution des cartes de pêche qui, comme vous le
savez, ne sont plus disponibles chez vos distributeurs habituels, mais uniquement sur Internet. Deux points de
vente restent cependant à votre disposition : au Chalet du Pêcheur au Lac de Lozère, ainsi que chez nos amis de
Decathlon Essentiel à Villebon-sur-Yvette, où un terminal a été installé au rayon ad hoc.

Faute d'organiser le Challenge de l'Yvette, qui perdait des participants d'année en année, nous avons décidé d'organiser en 2018 une journée de pêche ouverte à tous nos adhérents. Pas une compétition, mais un petit
challenge convivial, avec des lots à gagner, un barbecue, des activités pour les enfants, bref, un bon moment à
passer ensemble sans la pression de la compétition. Suivez-nous sur notre site et sur les réseaux sociaux pour
obtenir tous les détails de cette journée qui aura certainement lieu au printemps ou au début de l'été.

Enfin, toute l'équipe du bureau se joint à moi pour vous souhaiter une excellente année halieutique 2018. Qu'elle
vous apporte de la joie, du bonheur, une bonne santé et, surtout, de belles bourriches !


Alain Ranvier
Président
AAPPMA L'Entente de l'Yvette

En savoir plus...

Rempoissonnement : Pourquoi ? Comment ?

L'annonce du rempoissonnement des lacs du Mail et de Lozère ainsi que de l'Yvette a soulevé plusieurs questions quant à l'utilité de cette démarche, notamment de la part de quelques riverains Palaisiens et Orcéens. Voici quelques éléments de réponse.

Dans son utilisation la plus courante, le rempoissonnement consiste à répondre à une attente des pêcheurs, c’est-à-dire à garantir des prises en quantité. Les poissons utilisés pour ce type de rempoissonnement sont issus de souches d’élevage (non locales).
Mais le rempoissonnement peut représenter également un outil de gestion piscicole, pour la mise en valeur des cours d’eau. Il peut être employé pour relancer une dynamique des populations de poissons dans des cours d’eau réhabilités, au terme des mesures de restauration et dans le seul cas où une recolonisation naturelle par l’amont ou l’aval s’avère impossible. Les espèces réintroduites ou soutenues doivent être adaptées aux conditions régionales, l’idéal étant de disposer de souches locales. Les quantités à déverser seront déterminées le plus précisément possible en fonction du potentiel du cours d’eau. Deux méthodes de repeuplement peuvent alors être employées.
La première consiste à introduire des géniteurs de l’espèce recherchée pour que la reproduction naturelle puisse s’effectuer directement dans le cours d’eau. Pour cela, il faut s’assurer que le cours d’eau réponde à l’ensemble des exigences du cycle de vie de l’espèce (reproduction, incubation, croissance...). La quantité de poissons déversée sera alors fonction de la capacité de recrutement du milieu, c’est-à-dire de son potentiel reproductif (surface de frayères).
La deuxième méthode, dite repeuplement de fond, consiste à déverser des alevins de l’espèce voulue. Les quantités déversées seront alors fonction de la capacité d’accueil du milieu, c’est-à-dire son aptitude à fournir des caches et postes individuels. Mais attention à la confusion des genres : ce n’est pas une opération vraiment efficace sur le plan halieutique, puisque les alevins sont soumis à plusieurs années de forte sélection naturelle avant de parvenir au stade adulte pêchable.
Ces types de rempoissonnements sont le plus souvent utilisés dans un objectif de gestion patrimoniale, visant à retrouver un niveau de population apte à exploiter les capacités du milieu.
Il apparaît ainsi que les différentes exploitations de l’outil rempoissonnement peuvent présenter des modalités de mise en œuvre divergentes en fonction des contextes piscicoles (fonctionnalités écologiques des cours d’eau) et des objectifs fixés.
Rappelons enfin que les notions de gestion halieutique et de gestion piscicole ne sont pas fondamentalement opposées, bien au contraire. Le gestionnaire doit être en mesure de prendre les dispositions nécessaires afin de concilier la demande des pêcheurs avec les potentialités et les sensibilités des cours d’eau de son territoire d’intervention.
Le repeuplement ne peut être considéré comme une pratique anodine, il est de la responsabilité du gestionnaire d’en prendre conscience et de le mettre en œuvre avec discernement.
Il faut absolument éviter l’inutile et le nuisible. Dans un contexte dégradé, c’est-à-dire un cours d’eau où les fonctionnalités biologiques du poisson ne peuvent être remplies et où le peuplement piscicole est profondément perturbé voir absent, l’apport massif de poissons d’élevage ne provoquera ni nuisance ni impact particulier. Par contre, dans le cas d’un cours d’eau fonctionnel, ce type de déversement peut provoquer un certain nombre de nuisances : concurrence entre les poissons déversés et le peuplement en place, introduction de maladies, variations génétiques, etc.

Les étapes du rempoissonnement
C'est la Pisciculture Vasseur qui va livrer les poissons ce vendredi. Les activités de cette société sont essentiellement la reproduction et l'alevinage en étangs, la pêche, le tri et la livraison.
Suite à la pêche, dès que les étangs de production sont remplis, ils sont alevinés. Chaque étang est différent (qualité de l’eau, surface de l’étang, nature du sol, prédation du cormoran), c’est à ce moment-là que sont sélectionnées les quantités et les espèces de poissons.
Les vidanges des étangs de production s’effectuent à partir du mois d’octobre jusqu'en janvier.
Après autorisation de vidange, l'étang est vidangé. A un certain niveau d’eau, la pêche s'effectue au filet. Le poisson mis dans des bassines est immédiatement versé dans les cuves oxygénées sur le camion. Après la pêche, le poisson est ramené à la pisciculture pour le tri.
Après la pêche, le poisson se repose pendant deux jours en bassin. Il est ensuite déversé dans une rivière de tri. Chaque tournée de tri dure moins de 3 minutes pour éviter que le poisson ne faiblisse.
Le tri commence par les espèces fragiles (sandre, perche...) puis les autres.
Les poissons sont ensuite emmenés dans les bassins de stockage afin qu’ils se reposent avant la livraison. Cette technique de tri sur site permet d’avoir un poisson de qualité ainsi qu’un tri propre.
Après plusieurs jours de repos, le poisson est ramené dans les bassins de chargement pour les mettre à jeun. Le transport dans des camions viviers oxygénés garantit des poissons livrés non stressés.
Sur site, les poissons sont pesés en fonction de la demande des clients et immédiatement mis à l'eau dans leur nouvel environnement.

Rappelons enfin qu'à la suite du rempoissonnement du vendredi 16 janvier 2015, la pêche sera interdite sur les lacs du Mail à Orsay et de Lozère à Palaiseau jusqu'au 26 janvier 2015 inclus, ceci afin de permettre aux poissons déversés de s'adapter à leur nouveau milieu.

En savoir plus...

Pêche interdite

La pêche sera interdite durant 10 jours sur le lac du Mail (Orsay) ainsi que sur le lac de Lozère (Palaiseau) du 16 au 26 janvier 2015 inclus.
Un rempoissonnement va avoir lieu le vendredi 16 janvier. Afin de permettre aux nouveaux arrivants de s'établir dans leur habitat et de s'acclimater, nous vous demandons de ne pas pêcher sur les étangs d'Orsay et de Palaiseau pendant une dizaine de jours.
Nos trois garde-pêche assermentés se tiennent à votre disposition pour de plus amples renseignements.

Découvrir le communiqué de presselire l'article sur le site de la Mairie de Palaiseau ou sur celui de la Mairie d'Orsay.

En savoir plus...

Réglementation : L'arrêté 2015 est paru

Bien qu'il ne soit pas encore disponible sur le site de la Préfecture de l'Essonne (photo), l'arrêté concernant les dates d'ouverture de la pêche dans le département est paru et nous a été transmis par la fédération départementale.
Vous pouvez d'ores et déjà le télécharger dans notre rubrique "Documents" pour en prendre connaissance.
Rappelons que l'avis annuel complète la réglementation départementale permanente que vous pouvez aussi télécharger dans la même rubrique.

En savoir plus...

"Au fil de l'Yvette" : un jeu de société en création

Deux membres de la compagnie théâtrale Caracol travaillent actuellement à l’élaboration d’un jeu de société basé sur l’Yvette, une rivière qui traverse onze communes de l'Essonne. Francine Vidal, l’une des deux artistes qui a sollicité l'Entente de l'Yvette pour la conception du jeu, a raconté les débuts du projet au site d'information Essonne Info

Voilà presque un an que Francine Vidal, conteuse de métier, et Nicolas Diaz, dessinateur, planchent sur leur cinquième documentaire-jeu de société, astucieux mélange entre jeu et récits de vie. En partenariat avec près d’une dizaine de communes de l’Essonne et Animakt, une résidence pour compagnies d’art de rue située à Saulx-les-Chartreux, les deux artistes ont pour mission de mettre en valeur les bords de l’Yvette à travers de courtes histoires et anecdotes rapportées par les riverains.
Chaque année, un nouveau défi est lancé. Depuis 2010, quatre documentaires-jeux de société ont vu le jour, soit en moyenne un par an. Le tandem d’artistes est donc bien huilé pour s’attaquer à leur nouveau documentaire-jeu de société basé sur des récits de vie autour de l’Yvette qui sera dévoilé au grand public le 6 juin prochain.
Francine Vidal et Nicolas Diaz vont donc passer près d’un mois en tout et pour tout dans leur nouveau QG, Animakt, pour interroger les habitants des bords de l’Yvette. Leur mission : recueillir leur vision et leurs souvenirs de ce cours d’eau. Francine Vidal se souvient d’ailleurs de l’anecdote d’un pêcheur qu’elle a rencontré récemment : "Il m’a raconté qu’il y a longtemps, il existait un train qui partait à 4h du matin pour transporter les pêcheurs et leurs familles pour une sortie du dimanche. Des années plus tard, après avoir quitté la région, il est revenu, et la première chose qu’il a faite c’est rejoindre le club des pêcheurs de l’Yvette pour perpétuer ce souvenir-là".
De récit en récit, les deux artistes ont jusqu’à fin mars pour réaliser leur collecte et en faire, à coup de crayon et de mots, un documentaire-jeu. L’idée pour le moment, est de faire un jeu d’adresse où il faudra parcourir l’Yvette au gré de la chance ou de la malchance. Il devrait se présenter sous forme de carte imprimée recto/verso et relativement souple, ornée d’illustrations et de textes à l’image d’un plateau de jeu de société lambda. Côté pion, on mise sur la dimension champêtre, pique-nique, que les artistes souhaitent donner au jeu en utilisant des cailloux ou encore des noisettes, même si rien n’a encore été décidé. D’ailleurs, il reste encore un peu plus de six mois à Francine Vidal et Nicolas Diaz pour construire petit à petit leur projet et le concrétiser.
"Ce qui nous intéresse, c’est ce que le jeu crée entre les gens". En 2010, Francine Vidal et Nicolas Diaz élaborent leur tout premier documentaire-jeu de société sur la ville d’Issoudun (près de Bourges) d’après le concept du jeu de l’oie. Au moment de la sortie du jeu, le duo découvre avec stupeur que plus de quatre cents personnes se sont réunies autour de leur création et s’amusent tout en redécouvrant des coins de la ville ou des aspects qui leur étaient alors inconnus.
"L’idée au fur et à mesure des jeux, c’était de trouver des jeux de société avec des règles simples qu’on puisse conserver et consulter sans avoir à jouer, comme s’il s’agissait d’un petit livre", explique Francine. Le support du jeu sur l’Yvette pourra donc être utilisé à la façon d’une carte où l’on pourra simplement lire les informations qui s’y trouvent. Toutefois, l’artiste insiste sur le fait que "le but n’est pas de créer un dépliant touristique, mais de trouver davantage un rapport humain, personnel et de savoir reconnaître les anecdotes qui font sens pour un bassin de population".
Alors, que vous soyez Essonnien ou bien Marseillais, "Au fil de l’Yvette" vous donnera peut-être l’envie de sillonner les bords de la rivière en famille sous le soleil de l’été prochain et de partager un moment de convivialité en découvrant l’Yvette autour d’un jeu de société qui promet d’être aussi simple que plaisant.

En savoir plus...

Joyeux Noël !

Le conseil d'administration et le bureau de l'Entente de l'Yvette vous souhaitent un très joyeux Noël.

Votre site Internet préféré va someiller pendant cette période de fête, mais notre Webmaster restera aux aguets pour vous fournir toute l'actualité de la pêche et pour répondre aux questions toujours plus nombreuses des internautes membres de l'AAPPMA.

Retour aux affaires dès le 2 janvier, promis !

En savoir plus...

Les cartes de pêche sont en vente

Depuis samedi (13 déc.), l'ensemble de nos dépositaires ont reçu les cartes de pêche pour l'année 2015 et on attend l'arrivée d'un nouveau dépositaire à courte échéance. Ils disposent chacun de toutes les cartes disponibles (interfédérale, majeure, mineure, -12, femme, hebdo et journalière). Les cartes Internet sont en vente depuis ce matin, mardi 16 décembre, sur www.cartedepeche.fr.
Les internautes ayant acheté leur carte de pêche 2014 en ligne ont aussi reçu un e-mail ce matin les invitant à renouveler leur carte et dans lequel un lien pratique leur permet de retrouver leur compte, même en cas d'oubli des identifiants.

Voir la liste de nos dépositaires

En savoir plus...

Carte de pêche : les tarifs sont connus !

Les spéculations ont été bon train mais auront finalement été mis à mal. La carte de pêche 2015 n'a pas pris tant d'augmentation qu'on a bien voulu le dire, du moins en ce qui concerne le département de l'Essonne.

Pour être clair :

- Carte Interfédérale 2015 (91 départements et non 95 comme annoncé précédemment) : 95€ (+5€)
- Carte Personne Majeure 2015 : 75€ (+1€)
- Carte Personne Mineure 2015 : 16€ (+1€)
- Carte Découverte -12 Ans : 6€ (+3€)
- Carte Découverte Femme : 32€ (+2€)
- Carte Hebdomadaire : 32€ (+2€)
- Carte Journalière : 10€ (inchangé)

Les tarifs en détail et la carte de France des départements concernés sont à télécharger ici

Dès le 16 décembre 2014, achetez votre carte de pêche en ligne !

En savoir plus...

Plan d'eau gelé = DANGER

En cette période de froid, les cours d'eau et les plans d'eau risquent de geler, ce qui représente un réel danger pour qui tenterait de marcher sur la glace. Le SIAHVY et l'Entente de l'Yvette rappellent qu'il est rigoureusement interdit de s'aventurer sur des étendues d'eau gelées.

En savoir plus...

Tarifs cartes de pêche 2015 (suite)

L’arrêté du 18 juin 2014 impose à la Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF) de modifier ses statuts. En particulier, il lui demande de fixer un prix unique au niveau national pour les cartes "promotionnelles".
Ainsi, la carte hebdomadaire passe à 32€, tout comme la carte découverte femme, tandis que la carte moins de 12 ans passe à 6€. Les autres tarifs n'ont pas encore été dévoilés pour le département de l'Essonne. Enfin, pour mémoire, la carte EHGO passe à 95€ mais intègre désormais les départements de l'Union Réciprocitaire du Nord et de l'Est (URNE), en plus de ceux de l'EHGO et du CHI, soit 95 départements.
A suivre…

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

chasse pêche petites annonces  

SFbBox by caulfield cup