Menu
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3320 fois

Modification de la réglementation de la pêche

Le décret "modifiant diverses dispositions du code de l'environnement relatives à la pêche en eau douce" a été publié au Journal Officiel du 9 avril 2016. Autrement dit, la réglementation de la pêche a été modifiée. Il s'agit de quelques ajustements sémantiques, de nouvelles dispositions pour les pêcheurs professionnels, pêcheurs loisirs et associations.

Quotas

Si le quota pour les salmonidés reste de 10 poissons par jour et par pêcheur (!), il existe maintenant un quota officiel de trois carnassiers par jour et par pêcheur (brochet, sandre, black-bass) avec un maximum de deux brochets.
Les préfets peuvent augmenter les tailles minimales de capture pour le brochet (60 cm), sandre (50 cm) et black-bass (40 cm) dans les eaux de 2e catégorie.

Consulter le texte sur Legifrance

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 2868 fois

Une appli pour connaître la population de nos rivières

Les agences de l’eau et l’ONEMA enrichissent leur application mobile sur la qualité des rivières par le recensement des espèces de poissons, des plus communes aux plus menacées, présentes dans les cours d’eau métropolitains. Cette nouveauté, première du genre, participe à la mise à disposition du public de données toujours plus complètes sur l’état des milieux aquatiques, alors que 51% des Français estiment que la préservation de tous les milieux aquatiques devient le principal enjeu environnemental dans le domaine de l’eau.
L’application « Qualité rivière » permet désormais de consulter via smartphone et tablette les espèces de poissons qui vivent et circulent dans les rivières de France. Lancée il y a trois ans par les agences de l’eau et l’Onema pour porter à la connaissance du plus grand nombre la santé des rivières, l’application permet désormais de repérer en un clic les poissons qui circulent dans la rivière de son environnement proche.
L’application « qualité rivière » est disponible gratuitement sur AppStore et Androïd Market. Leurs informations sont partageables sur Facebook, Twitter ou par mail.

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 2785 fois

Fishing Show 2016

Le FISHING SHOW se tiendra du 15 au 17 janvier 2016, près d’Etampes, au sud de la région parisienne, dans un lieu qui satisfera à la fois les amateurs et les professionnels de pêche sportive.
Le lieu est champêtre et se situe à 50 km de Paris (direction N20).
Sur un espace de plus de 4 000 m², confortable, moderne, bien éclairé, on trouvera tous les avantages liés à un grand salon :
    Bassin de démonstration en eau avec gradins,
    Zones de monteurs de mouches internationaux,
    Bourse de Collectionneurs,
    Restauration sur place,
    Parking gratuit dans l’enceinte du complexe,
    Possibilité d’hébergement dans les alentours.
De nombreuses animations et la présence de clubs et fédérations de pêcheurs feront du FISHING SHOW un lieu d’échange et de commerce interactif.
Naturellement le meilleur de la production mondiale sera présent avec des marques prestigieuses, le meilleur de la technologie et des équipements, les parcours, les guides et le tourisme de pêche.
Réaliser un événement capable de rassembler la population de pêcheurs la plus importante de France", c’est l’ambition des organisateurs, soutenus dans cette volonté par les principaux acteurs de marché.

Renseignements sur www.fishingshow.fr

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3117 fois

ONDE, l’observatoire national des étiages

L’observatoire national des étiages regroupe les informations recueillies sur plus de 3 300 stations d’observation sur le territoire métropolitain, soit en moyenne 36 par département. Il a pris le relais dès 2012 du dispositif ROCA (réseau d’observation de crises des assecs) qui avait été créé après la sécheresse de 2003.
Le dispositif Onde est simple. Deux types de suivis sont menés :
De mai à septembre, les agents de l’Onema évaluent visuellement l’état d’écoulement du cours d’eau : écoulement de l’eau visible, présence d’eau mais écoulement non visible, assec. Ce suivi dit « usuel » est réalisé autour du 25 de chaque mois. Les données, recueillies aux mêmes périodes chaque année, permettent de réaliser des chroniques d’observations avec comme objectif, par exemple, l’estimation de l’intensité des étiages estivaux d’une année par comparaison avec les années antérieures.
En cas de situation de sécheresse, un suivi complémentaire peut être mené à tout moment sur l’ensemble du réseau départemental ou sur un bassin versant particulier jugé sensible. Ces données, transmises au préfet et à la direction départementale des territoires, sont une aide à la décision de prendre ou non des arrêtés de restriction d’usages.

Visiter le site...

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3805 fois

Belle prise : Brochet sur l'Yvette

Notre nouveau trésorier démarre bien son mandat ! Ce mercredi 11 novembre aux alentours de midi, il a traîné sa canne du côté du barrage de Coupières, à Gif-sur-Yvette, où il a sorti ce brochet à la limite de la taille réglementaire, c'est-à-dire 60 cm sur nos baux de pêche.

Le poisson, quant à lui, est reparti à l'eau.

Bravo à Fabien pour cette belle prise !

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3115 fois

Risque important d'extinction d'espèces piscicoles

Excellent indicateur de la qualité des eaux, le poisson est un des premiers témoins et victimes du changement climatique. Des évolutions chez certaines espèces piscicoles sont déjà recensées.

Ces trois dernières décennies, des modifications rapides et importantes du climat ont été observées. Ces bouleversements touchent les écosystèmes, mais aussi les espèces présentes dans ces milieux, notamment les poissons qui occupent la quasitotalité des eaux de surface. L’augmentation de la température et de l’évapotranspiration ou encore la diminution des précipitations auraient ainsi des conséquences sur les populations piscicoles, qui sont également soumises à de fortes pressions liées aux activités humaines. Suite à plusieurs études scientifiques sur les poissons, auxquelles a participé l’Onema, les premiers impacts ont pu être identifiés et les premières projections modélisées sur le territoire français, même s’il reste des incertitudes inhérentes à la problématique du changement climatique.

Modification de l’aire de distribution des espèces
Issues de modèles statistiques, élaborées à partir de jeux de données sur du moyen-long terme, plusieurs évolutions ont été mises en avant, touchant en particulier la physiologie, les rythmes biologiques et la répartition de la communauté piscicole. Selon les espèces, une contraction, une expansion ou un déplacement de l’aire de distribution ont été observés. "Globalement, les résultats convergent vers une diminution des habitats favorables aux poissons d’eau froide comme la truite et le saumon d’Atlantique et, inversement, une augmentation des habitats pour les espèces plus tempérées (par exemple, le chevesne)", indique Nicolas Poulet, chargé de mission à l’Onema. Quelle que soit l’espèce, les poissons ont également tendance à remonter en altitude sur le gradient amont-aval. Mais cette vitesse de remontée (13 m/décennie) reste inférieure à celle des isothermes du changement climatique (57 m/décennie), d’où un risque d’extinction locale fort pour les espèces soumises à des conditions défavorables.

Des colonisations plus rapides que les extinctions
Certains résultats doivent être par ailleurs interprétés avec précaution, par exemple l’augmentation du nombre d’espèces aux altitudes moyennes. En effet, il a été montré que les extinctions se faisaient plus lentement que les colonisations. "De fait, sur un même site, des espèces en voie de colonisation et d’autre en voie d’extinction peuvent cohabiter, donnant l’apparence d’une importante richesse spécifique alors qu’à terme, certains poissons auront disparu", souligne Nicolas Poulet. Enfin, au niveau physiologique, une diminution de la taille moyenne des individus est constatée depuis une vingtaine d’années. Cette évolution pourrait s’expliquer d’un point de vue métabolique, les petits individus profitant plus efficacement de la hausse de température que les gros, ce qui les rend plus compétitifs. Les impacts du climat sur les poissons de métropole sont déjà bien visibles, mais des actions au niveau local sont à envisager pour aider l’écosystème à conserver sa résilience, si importante pour tamponner les effets du changement climatique. "Il faut avant tout s’attaquer aux pressions anthropiques, faute de pouvoir s’attaquer directement au changement climatique au niveau local", conclut Nicolas Poulet.

Source : Onema

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 4135 fois

Belle prise : Brochet métré au Lac du Mail

Dimanche 25 octobre, notre garde-pêche Gérard Buhot a pêché ce beau brochet au Lac du Mail, à Orsay. Mesurant 1,08 m pour 8,3 kg, cet Esox a été capturé dans des conditions assez particulières. "J'avais pris une carpe mais qui s'est décrochée. J'ai donc ramené ma ligne que j'avais esché avec une bouillette orange fluo, raconte Gérard. Puis, tout à coup, je pensais que la ligne était coincée et s'est mise à partir dans tous les sens. J'ai continué à ramener et, là, surprise, ce beau brochet !"
Ce genre de capture n'est pas rare : une bouillette fluo peut en effet s'apparenter à un leurre.
Le poisson, quant à lui, est reparti à l'eau.

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3121 fois

Rencontre street-fishing au pied de la Tour Eiffel

Ce n’est pas un concours, encore moins un championnat que vous propose l’Union des pêcheurs de Paris, mais juste une rencontre au bord de l’eau, face à la Tour Eiffel, le samedi 31 octobre. Le rendez-vous est donc pris à 16h00 sur le Pont Debilly (Paris XVIe). Un pot sera offert par l’UPP aux alentours de 18h30.
Renseignements : www.pecheursdeparis.fr

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3733 fois

Pêche électrique sur l'Yvette

Mardi 8 septembre, les techniciens piscicoles de la Fédération départementale de l'Essonne de pêche et de protection du milieu aquatique (FDEPPMA) ont procédé à une pêche électrique sur l'Yvette, à hauteur du Lac du Mail, à Orsay, à des fins scientifiques.

Si la pêche a été réalisée dans des conditions difficiles et sur un secteur assez court, il a tout de même été recensé 9 espèces de poissons, ainsi que des écrevisses !

Nous attendons le rapport de la fédération départementale pour connaître avec exactitude les espèces présentes dans l'Yvette.

En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3341 fois

Le SIAHVY ouvre ses portes

Le Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique de la Vallée de l'Yvette (SIAHVY) ouvre en grand ses portes au public le samedi 19 septembre 2015.

Rendez-vous de 10h à 17h au Moulin de Saulx-les-Chartreux, où de nombreuses animations sont au programme, comme des balades contées au fil de l'Yvette, la visite du moulin et de nombreuses activités pour le plus jeunes. Il y aura également un orchestre qui animera un apéritif dansant.

Renseignements sur http://www.siahvy.fr

Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique de la Vallée de l'Yvette
En savoir plus...
  • Publié dans Info Pêche
  • Lu: 3147 fois

Le satellite SENTINEL-2 scrute nos plans d'eau

Les deux pôles de recherche et développement Onema-Irstea Lyon et Aix-en-Provence ainsi qu’un laboratoire universitaire, le laboratoire d’Océanographie de Villefranche, ont réuni leurs compétences pour mettre au point des méthodes d’évaluation de la qualité des écosystèmes lacustres grâce aux images satellitaires. Depuis les années 1980, grâce aux progrès scientifique et technique, les satellites peuvent photographier en haute résolution des surfaces d’eau sur la terre. Cette innovation devrait permettre à terme un suivi plus précis des caractéristiques environnementales des milieux naturels et aider à leur préservation et leur restauration.

La mise en place du satellite européen SENTINEL-2 est à l’origine de l’instauration de ce projet. En effet, lancé mi-2015, ce satellite permettra le suivi de caractéristiques physico-chimiques et bio-optiques des plans d’eau tous les 5 jours à une résolution de la dizaine de mètres. Par ailleurs, les satellites américains LANDSAT fournissent depuis le début des années 1980 des photos des surfaces d’eau avec une précision adaptée au plan d’eau.
En France, un outil de traitement des données a pu être mis en application et a montré l’intérêt de suivre et de traiter les données issues de la télédétection (optique, radar, thermique) ; ceci pour avoir une connaissance historique des variations de la température de surface des plans d’eau nationaux de plus de 300 mètres de large. C’est pour poursuivre ce travail que le Laboratoire d’Océanographie de Villefranche compétents en propriétés optiques, le Pôle Onema/Irstea de Lyon compétent en télédétection environnementale ainsi que le pôle Onema/Irstea d’Aix-en-Provence avec son savoir en limnologie physico-chimique se sont associés pour mettre au point une méthodologie de suivi de la qualité des surfaces d’eau par images satellitaires, évaluation au sens de la Directive Cadre européenne sur l’Eau (DCE). Ce projet se penche avant tout sur les écosystèmes lacustres. En effet, ceux-ci présentent des surfaces en eaux particulièrement adaptées aux différentes résolutions d’imageries disponibles ainsi qu’un besoin urgent d’établir des chroniques de données. Ces dernières permettront par exemple d’évaluer la pertinence et la représentativité des échantillonnages ponctuels prélevés in situ dans le cadre de réseaux d’observations DCE depuis plus de 10 ans.

Des méthodes et des outils d’ici 2017
Aujourd’hui, les travaux à mener ont deux objectifs. Il s’agit tout d’abord de mettre en place des méthodes et outils (protocoles et algorithmes) pour chaque paramètre télé-détectable d’ici à 2017 c’est-à-dire le suivi de la température de surface, le suivi de la transparence, le suivi du marnage et le suivi des paramètres bio-optiques. Ces différents suivis serviront à terme à établir un outil de surveillance inter-calibré par nature et ce à l’échelle internationale (outremer inclus).
Ensuite, il s’agit de constituer des chroniques de suivi afin d’appréhender dans leur globalité, les évolutions des petits écosystèmes aquatiques de largeur supérieure à quelques dizaines de mètres. Et ceci, depuis 1982 date d’introduction des satellites LANDSAT, mais aussi pour les années à venir avec SENTINEL-2. Ces chroniques permettraient également l’évaluation de l’hétérogénéité spatiale de caractéristiques physico-chimique et phyto-planctonique au sein des écosystèmes aquatiques.

Et les suites ?
Ce projet va produire des nouvelles connaissances sur les évolutions spatiales et temporelles des différentes caractéristiques des plans d’eau. Ces connaissances vont permettre de développer des outils qui seront mis à disposition des élus et des décideurs. A l’issue de ces travaux de recherche sur les plans d’eau, méthodes et outils pourront être transférer à d’autres types d’écosystèmes aquatiques (grands cours d’eau, eaux littorales et eaux de transition) mais aussi à différents contextes environnementaux (comme l’outre-mer).

Source : Onema

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

chasse pêche petites annonces  

SFbBox by caulfield cup