Menu

Le Gardon

Le Gardon

Le Gardon (Rutilus rutilus) est une espèce de poisson d'eau douce très commun, souvent de petite taille, mais pouvant atteindre 45-50 cm. Il vit en Europe et en Asie occidentale. Son nom latin d'espèce (Rutilus—"rouge éclatant") évoque la couleur de ses nageoires, voire le rouge aux reflets métalliques de son œil.
Ce poisson grégaire n'effectue que de courts déplacements sur son territoire. En hiver, il migre vers les eaux profondes où il vit au sein de bancs qui peuvent être denses et atteindre des centaines à d'individus.
Le gardon adulte est réputé préférer les eaux riches en végétaux dont certains sont consommés par les jeunes ou les adultes et où les alevins se cachent facilement.
Il peut s'adapter à des environnements où les invertébrés sont rares en ralentissant sa croissance.
Sa chair est appréciée, mais comme c'est l'une des espèces les plus tolérantes à la pollution, elle peut également parfois être polluée.

A noter : La génétique de ce poisson a été fortement pertubée par son élevage et sa dissémination par les pêcheurs ; on en connait une seule sous-espèce (dans les bassins de la mer Noire et de la mer caspienne ainsi qu'en Italie dans la péninsule apénnine), identifiable par des critères anatomiques précis.

Description du gardon

La plupart des gardons pêchés sont petits. Leur forme varie progressivement, passant d'un profil fusiforme à un corps plus haut. Seul un petit nombre atteindra l'âge adulte où ils pourront atteindre environ 35 cm et exceptionnellement jusqu'à 45-50 cm. Ils peuvent alors peser de 1 à 2 kg.
Le gardon possède une nageoire caudale assez allongée et rougeâtre. Il a un œil dont le tour est rougeâtre et une bouche plutôt horizontale. Sa nageoire dorsale et ses nageoires ventrales sont positionnées sur le même axe vertical (vu de profil), ces trois derniers critères permettent de le distinguer d'autres cyprinidés et notamment du rotengle (mais les hybrides peuvent être difficiles à distinguer). Risques de confusion : avec le rotengle et l'ablette (pour les juvéniles) et avec divers hybrides "Gardon x autre cyprinidé".

Habitat du gardon

Le gardon est rustique. Il est réputé préférer vivre dans les parties profondes de la colonne d'eau, mais très adaptable, il peut aussi densément coloniser des plans d'eau et s'adapte aux circonstances locales. En été il fréquente souvent la surface. Dans les milieux pollués ou eutrophes, il n'atteint toutefois pas ou rarement sa taille maximale d'adulte.
Il tolère une charge importante en polluants organiques et il est également souvent le plus présent des cyprinidés dans les eaux naturellement pauvres en nutriments. Il tolère aussi, dans une certaine mesure, l'eau saumâtre et peut fréquenter les estuaires. Il tolère les eaux tièdes mais meurt dans les eaux trop chaudes (au-delà de 30°C).

Comportement du gardon

C'est un poisson grégaire qui vit en groupes parfois importants, mais presque toujours composés d'individus de la même taille. Ces bancs se rendent plus denses et plus vifs et nerveux en présence de prédateurs, comme le brochet. Les plus gros se tiennent toutefois un peu à l'écart des groupes.

Alimentation du gardon

L'alevin et le tout jeune gardon se nourrissent d'abord de zooplancton, puis grâce à des modifications de la morphologie fonctionnelle au cours de l'ontogenèse, il passe à un régime de macroinvertébrés benthiques (quand il mesure environ vers 1,5 cm. Ses proies sont alors des petits mollusques, des larves d'insectes, des insectes tombés à l'eau ou en train d'émerger, alors prélevés en surface.
Le gardon sait aussi varier son alimentation selon la saison et l'offre en nourriture du milieu, en prélevant de la mousse et des algues sur les troncs et branches immergés ou les pierres.
Le gardon partage fréquemment sont territoire avec la brème et la perche et peut être en compétition avec ces espèces si la nourriture vient à manquer

Reproduction du gardon

Le frai a normalement lieu en avril-mai (avril-juillet selon les endroits) dans une eau à au moins 12°C et pas trop acide, le plus souvent lors de journées chaudes. Les mâles présentent une livrée nuptiale. Les femelles aussi mais de manière moins développée. Ils sont parfois confondus avec les symptômes d'une maladie.
La femelle pond de 150 000 à 300 000 œufs sur des plantes ou des branches immergées ou sur le substrat si aucun autre support n'est disponible. La reproduction se déroule fréquemment au même endroit chaque année. Les grands mâles forment des bancs dans lesquels les femelles pénètrent. Elles y pondent et les œufs sont fertilisés par les mâles. Les poissons sont alors très excités et peuvent être aperçus sautant fréquemment hors de l'eau. Une femelle de belle taille peut pondre jusqu'à 100 000 œufs.
Les œufs éclosent après 4 à 10 jours (selon la température de l'eau). Les alevins grandissent moins vite dans l'eau froide, mais rattrapent souvent leur retard de croissance à l'âge adulte. Un jeune gardon atteint sa maturité sexuelle en 2 à 4 ans ; plus vite pour les mâles (en 2 à 3 ans) et plus tard pour les femelles (en 3 à 4 ans).

Pêche du gardon

Le gardon est présent dans l'Yvette, au Lac du Mail à Orsay, ainsi qu'au Lac de Lozère à Palaiseau. On le pêche le plus souvent au coup ou à l'anglaise, avec des vers de vase (chironomes), des asticots de toutes tailles, du chènevis, du pain et du maïs. Des montages assez fins sont nécessaires pour sa capture.

Dernière modification levendredi, 10 octobre 2014 15:21
Plus dans cette catégorie : « La Perche Le Goujon »

chasse pêche petites annonces  

SFbBox by caulfield cup