Dernière minute

Il n'y a pas de dernière minute à afficher.

 

Ce chantier exceptionnel en milieu urbain et porté par le Parc se termine. Canalisations de gaz déviées, tracé du cours d'eau replacé en fond de vallee et redessiné selon des courbes naturelles pour restaurer toutes les fonctions écologiques d'origine, notamment la capacité à prévenir les innondations à l'aval... voilà en bref les travaux ambitieux conduits cet été au coeur de la réserve naturelle de Saint-Rémy-Iès-Chevreuse. L'originalité du projet : des méandres sinueux qui ralentissent l'eau sans la bloquer, des berges à pente douce où la faune et la flore riche de la rivière peut s'épanouir, des prairies humides qui longent le lit et pourront absorber les débordements de la rivière en cas de forte pluie. La nature reprend ainsi ses droits et c'est pour mieux rendre des services.

Voir l'article complet

Le phénomène du street fishing se développe à Paris, auprès d’une population urbaine et jeune. Petite partie de pêche autour de l’île de la Cité, en Seine-Saint-Denis, et à Levallois-Perret.

Cours d’eau « méditerranéens » : la FNPF saisit la justice contre un décret facilitant les prélèvements pour l'irrigation.


L’épisode de sécheresse traversé par notre pays en général et par les cours d’eau méditerranéens en particulier est exceptionnel tant par son ampleur que par sa vigueur.

De nombreux cours d’eau sont littéralement asséchés ou, à tout le moins, ont vu leurs débits singulièrement réduits

Le milieu naturel aquatique et sa biodiversité ont été fortement affectés tout comme de nombreuses activités tant économiques que de loisirs.

Dans un contexte de changement climatique avéré, cette situation aurait dû justifier une véritable politique de promotion d’économies d’eau et une gestion plus responsable et collective de notre bien commun, l’eau.

Au lieu de cela le Gouvernement a publié, le 6 août, un décret visant à faciliter les prélèvements d’eau pour l’irrigation sur les cours d’eau méditerranéens déjà fortement sollicités.

Cette mesure d’exception est intolérable pour la FNPF qui a décidé lors de sa réunion de Bureau du 3 septembre :

- De déférer le texte devant le juge administratif,

- D’inciter ses fédérations départementales adhérentes à saisir les tribunaux de toute décision préfectorale défavorable au milieu naturel aquatique.

"En attaquant ce texte, nous souhaitons sensibiliser et interpeler le gouvernement sur notre fuite en avant en matière de politique de l’eau. Il est illusoire de penser que la création de retenues de substitution ou que la simplification de notre cadre réglementaire règlera ce qui relève d’une gestion plus économe, plus responsable et collective de l’eau. Nous invitons l’Etat à véritablement prendre la mesure de l’état de nos cours d’eau et à définir les mesures indispensables pour protéger notre ressource commune", expose, Monsieur Claude ROUSTAN président de la FNPF.