Dernière minute

Les cartes de pêche de la saison 2020 seront disponibles à partir du 15 décembre 2019...

Attention, la période de validité des cartes de pêche annuelles 2019 se termine le 31 décembre 2019. Vous disposez de produits saisonniers pour la fin de la saison sur www.cartedepeche.fr

Récemment introduit dans le Lac de Lozère et le Lac du Mail pour réguler la population de poissons-chats, l'Achigan à grande bouche (Micropterus salmoides), aussi appelé black-bass, perche truitée, perche truite ou perche d'Amérique, ou encore perche noire en Europe francophone, est une espèce de poissons d'eau douce de la famille des Centrarchidae originaire d'Amérique du Nord et introduite en Europe à la fin du XIXe siècle.

C'est un poisson au corps trapu, assez allongé et légèrement comprimé latéralement, rappelant celui d'une perche robuste (bien que plus massif et large). Sa tête est forte avec des yeux noirâtres. Il présente une large bouche avec une mâchoire inférieure proéminente (bouche supère). L’opercule est triangulaire, avec des bords lisses. La dorsale est caractéristique : échancrée avec une partie terminale plutôt grande. Le dos est vert bronze foncé, avec des flancs plus clairs, vert olive. Des tâches plus foncées sont éparpillées sur le poisson, notamment au niveau de la ligne latérale, à partir des pectorales et jusqu’à la caudale.

En France, les plus gros spécimens mesurent aux alentours de 50 cm pour un poids de 3 kg, alors qu’aux États-Unis d'Amérique, un maximum de 94 cm pour plus de 10 kg est enregistré, ainsi qu'un autre poisson de 10,120 kg au Japon. La taille habituelle des adultes que l'on peut trouver en France se situe entre 25 et 40 cm.

Sa croissance est très rapide : il atteint 12 à 15 cm en quelques mois à l’automne. Sa longévité est assez élevée : 15 ans au maximum pour une moyenne entre 6 et 8 ans.

L'espèce a été largement introduite sur le reste du continent américain et dans le reste du monde, notamment en Europe, au Japon et en Afrique australe et du nord. L’introduction en Europe et notamment en France date de la fin du XIXe siècle (1878 pour le continent et 1880 pour la France). L’espèce est prisée pour la pêche sportive et la consommation culinaire (il y a donc de nombreux repeuplements). Néanmoins, son abondance reste généralement faible en France. Le réchauffement climatique actuel pourrait lui être favorable et lui permettre de mieux se répandre.

C'est un poisson carnassier dont le régime alimentaire varie selon la maturité. Alors que les jeunes consomment essentiellement du plancton, des insectes aquatiques et des petits crustacés, à partir de quelques mois il s'intéresse surtout à de plus gros insectes tels que des papillons, éphémères, libellules mais consomme encore des mouches et moustiques. Les adultes s'attaquent à des proies plus grosses et sont très opportunistes ; ils consomment principalement d'autres poissons plus petits qu'eux ainsi que des écrevisses, en fonction de la disponibilité de la ressource. Fréquemment, il s'attaque aussi à des grenouilles, et même des rats d'eau. Chassant surtout à vue, ce poisson préfère les eaux claires ou peu profondes. Il chasse dans toute la colonne d'eau et cherche ses proies aussi bien sur le fond qu'à la surface. L'achigan à grande bouche est bien adapté à chasser dans une végétation plus ou moins dense ou avec la présence de branchages immergés. Prédateur du poisson-chat, il peut aider à ôter ces indésirables des pièces d'eau, raison pour laquelle nous en avons introduit et qu'il est important de les remettre à l'eau.

La maturité sexuelle est atteinte vers 2 ou 3 ans. Les femelles ne pondent qu’un tiers des œufs qu’elles possèdent, le fraie se déroule de fin avril à juillet, à des températures de 15 à 25°C, en eau peu profonde sur un substrat de sable plus ou moins graveleux. Il semblerait que les plus gros spécimens pondent en premier dans des eaux plus profondes. Les femelles peuvent émettre plus d'un million d'œufs durant la période de reproduction. Les larves mesurent jusqu’à 5 mm et les alevins d’une même fratrie ont tendance à suivre un banc, protégés par le mâle.