Connaissez-vous l'histoire extraordinaire de John Hirst, qui a passé une grande partie de la Première Guerre mondiale à pêcher au cœur de certains des combats les plus féroces ?

Hirst, qui est décédé en 1963, à l'âge de 75 ans, a tenu un journal de pêche très détaillé de 1901 à 1948, qui raconte comment il a pêché jour après jour sur les rivières, les canaux et les étangs de la Somme et des environs d'Ypres, après avoir reçu l'ordre spécifique de pêcher plutôt que de combattre. Il était si bon pêcheur à la ligne qu'il a été chargé d'attraper du poisson frais pour les hommes de son régiment, ce qu'il a fait malgré les tirs de snipers et les bombardements ennemis.

Dans son journal, il écrit : "Les poissons que j'ai pêché ont été très appréciés par les officiers et les hommes de la compagnie B. En fait, j'ai été dispensé de combat toute la journée. On m'a dispensé de toute autre tâche pour que je puisse fournir du poisson à la compagnie."

Il a également conçu une canne à pêche en "toile d'araignée" (photo). Celle-ci, mesurant un peu plus de 5 mètres, n'aurait guère besoin d'une telle structure mécanique pour être rigide avec les matériaux de nos jours. Mais elle était en bambou et servait à pêcher toutes sortes de poissons, petits et grands, comme des carpes. Il fallait donc qu'elle soit solide.

Après la guerre, durant les années 1930, Hirst utilisa cette canne pour gagner de nombreux concours de pêche au coup, principalement pour sa rigidité. Mais compte-tenu de sa forme peu pratique à transporter, elle ne fut jamais comercialisée. L'exemplaire utilisé durant la Première guerre mondiale existe toujours et a été estimée par des experts en antiquités à près de 12 000 €.

TPL_BACKTOTOP