Alors que les extrêmes climatiques deviennent de plus en plus normaux en France, que réserve l'avenir aux poissons ? Tandis que plusieurs départements ont interdit la pêche cet été pour cause de sécheresse (c'est encore le cas un peu partout en cette fin septembre), notre comportement en tant que pêcheurs va forcément changer au cours des prochaines années.

Avec des températures de plus de 40°C enregistrées en France cet été, les vagues de chaleur et les sécheresses vont devenir plus régulières. Si cela peut signifier une saison de croissance plus longue pour les poissons, certaines espèces pourraient être mises à rude épreuve.
Nous nous rapprochons des limites de tolérance thermique de certaines espèces. Des poissons comme la carpe et la tanche peuvent supporter la chaleur, mais d'autres comme l'ombre et le brochet ont du mal. La baisse des niveaux d'eau et la diminution de la teneur en oxygène vont également concentrer les polluants et rendre les poissons plus vulnérables à la prédation.
On peut parier que les fermetures de pêcheries deviendront plus fréquentes pour protéger les stocks et les pêcheurs à la ligne devront être plus prudents que jamais avec leur prises. Les faibles niveaux d'oxygène peuvent augmenter le stress, et c'est à nous de prendre soin de nos prises.
Une autre solution pour de nombreuses communes est de préserver et de planter davantage d'arbres. L'ombre naturelle est essentielle pour réguler la température. Les poissons ont besoin d'un abri tout autant que nous.
En attendant, il y a énormément à faire pour économiser l'eau et la traiter comme une ressource précieuse.

Impacts sur la reproduction

Souvent négligés lorsqu'il est question de climat, même de petits changements peuvent avoir un impact sur la reproduction des poissons. Le barbeau est à sa limite nord sur certaines rivières françaises et peut avoir du mal à se reproduire. Et si les alevins de chevesnes, par exemple, se portent bien pendant les étés chauds et secs, cela ne sert pas à grand-chose si des inondations intenses en emportent la plupart à l'automne.
Des étés beaucoup plus chauds pourraient convenir aux espèces non indigènes, et il est probable que des espèces comme le poisson-chat et la carpe herbivore pourraient frayer avec plus de succès - ce qui est une mauvaise nouvelle pour les poissons indigènes.
Lorsque l'on ajoute les extrêmes climatiques aux problèmes existants tels que l'envasement et la suppression des habitats, les poissons auront plus que jamais besoin de notre aide. La meilleure action que nous puissions entreprendre est de rétablir les habitats perdus, comme les graviers de frai, les refuges pour les alevins, la couverture arborée et les zones humides.
Il est également possible que nous devions revoir le calendrier des périodes de fermeture, afin de protéger les espèces vulnérables.
Si les étés secs sont souvent balayés d'un revers de la main par les touristes amateurs de soleil, l'impact d'inondations plus régulières et plus brutales est une caractéristique inquiétante du changement climatique. En effet, les expressions telles que "réchauffement de la planète" ne sont pas appréciées par de nombreux scientifiques qui préféreraient parler d'"instabilité globale" ou même de "chaos climatique". Après tout, notre impact sur la planète n'est pas seulement une question de chaleur, mais aussi d'extrêmes de toutes sortes. La seule certitude est l'incertitude !
Le changement est déjà là, et une grande partie de notre approche consiste à nous adapter et à faire face à ce changement.
En ce qui concerne les précipitations, l'une des tendances les plus flagrantes est qu'elles sont de plus en plus concentrées. Les précipitations sont souvent soudaines, les modèles sont plus erratiques et les prévisions sont souvent erronées.
Les pêcheurs ont la technologie de leur côté, avec les applications de prévisions et de niveaux de rivière, mais beaucoup d'entre nous devront aussi adapter leurs habitudes aux extrêmes de l'hiver, qu'il s'agisse de changer de lieu de pêche ou de tactique lorsque les eaux confondent nos attentes.
Aucun d'entre nous ne peut arrêter la pluie, ni prévoir ce que la saison prochaine nous réserve, mais d'aucuns diront qu'il est urgent de se réveiller et d'agir.
Le statu quo n'est tout simplement pas une option - et nous devons agir maintenant. Éviter de construire encore plus sur les plaines inondables serait un bon début, et nous devons de toute urgence commencer à valoriser davantage nos espaces sauvages pour toutes les bonnes choses qu'ils font pour les poissons, les autres espèces sauvages et les gens. Si nous refusons de changer de cap, tous ces problèmes ne feront qu'empirer.
C'est un nouveau challenge qui s'ouvre à nous, mais en tant que groupe de personnes aussi passionnément investies dans l'eau et les espaces sauvages que n'importe qui d'autre, les pêcheurs à la ligne ont certainement un rôle clé à jouer pour tirer la sonnette d'alarme et exiger un réel changement.

Et nous, les pêcheurs dans tout ça ?

S'il est facile de se concentrer sur les poissons, les pêcheurs à la ligne courent également un risque accru en raison du changement climatique. Même si les records s'effondrent, beaucoup d'entre nous sont encore blasés des risques de cancer de la peau et de coup de chaleur.
Un plan d'eau où il fait très chaud peut être aussi rebutant et dangereux qu'une rivière en crue. L'économie de la pêche à la ligne pourrait également être touchée, car si les pêcheurs vont moins souvent au bord de l'eau, le marché va forcément être impacté. Heureusement, les mesures que nous pouvons prendre sont plus simples : couvrez-vous toujours et protégez-vous contre les extrêmes de chaleur et de froid. Buvez beaucoup, soyez prêt et n'oubliez jamais qu'aucun poisson ne vaut la peine de risquer votre santé.
L'un des rares aspects positifs du réchauffement des températures est la perspective de voir de nouvelles espèces prospérer et de nouvelles possibilités s'ouvrir.
Dans les eaux douces, les poissons ne peuvent pas franchir les frontières des bassins versants. Les populations établies dans les lacs et les rivières ne peuvent pas simplement déménager ou migrer. De nombreux animaux et plantes non indigènes pourraient mieux se développer que nos espèces indigènes dans ce nouveau monde modifié.
Une action évidente que tous les pêcheurs à la ligne peuvent prendre ici est de noter toute observation d'espèces envahissantes, et de vérifier, nettoyer et sécher soigneusement leur matériel entre les sessions de pêche.

TPL_BACKTOTOP